Imprimer

PENSIONNÉS BELGES
DISCRIMINÉS EN BELGIQUE 

 

Votre retraite, c'est l'aboutissement de votre carrière, une nouvelle vie. Ne laissez plus les partis traditionnels vous la gâcher. La sécurité sociale accumule les déficits. Que ferez-vous quand l'État ne pourra plus payer votre retraite ? Aujourd'hui, vous le savez, la dette publique dépasse l'entendement. La situation financière de la Belgique est si grave qu'elle a été rétrogradée par les agences de notation. Autrement dit, les milieux financiers doutent de la capacité de l'État de rembourser la dette publique. Cela signifie que, tôt ou tard, vous n'aurez plus de retraite.

Le VLC estime qu'il faut refuser de rembourser la dette publique, car elle est illégitime, et sauver votre retraite.

À cause des partis traditionnels au gouvernement au cours des trente dernières années, non seulement votre retraite ne sera plus payée si vous les laissez faire, mais actuellement, à cause d'eux, les pensionnés sont déjà discriminés dans leur propre pays. Pour beaucoup trop de Belges, les pensions suffisent à peine à vivre. Or, des demandeurs d'asile, à peine arrivés, peuvent exiger des logements et obtiennent des sommes nettement supérieures. 

Un exemple ?  Le dénommé Ibra (diminutif d'Ibrahim) a obtenu des astreintes à hauteur de 15.000 € (quinze mille) par mois afin de contraindre la Belgique à lui offrir un logement. Ce n'est pas le seul cas. Il existe de véritables réseaux, constitués notamment d'associations subsidiées par la Belgique, à l'instigation des partis traditionnels noyautés par des interculturalistes. Rappelons que ces mêmes partis traditionnels ont participé aux "assises de l'interculturalité"; ce qui a débouché sur des recommandations visant à modifier les règles belges en faveur de l'immigration. Ces associations (financées par vos impôts) encadrent ces immigrés et les conseillent en leurs revendications (manifestations sur la voie publique, squat d'immeubles, etc.).

Les revendications des sans-papiers afghans constituent un autre épisode de la politique de discrimination anti-Belges. En effet, sans pour autant débloquer de fonds pour améliorer le sort des pensionnés, ces Afghans, pourtant déboutés auparavant de leurs demandes d'asile, se sont vu offrir, aides financières à l'appui, le réexamen de leurs dossiers avec, en perspective, leur installation durable sur le territoire aux frais du contribuable.

Encore un autre exemple de discrimination anti-Belges ? La GRAPA. Pour un étranger non-européen, 312 jours de travail en Belgique suffisent pour obtenir une pension. Combien de Belges reçoivent-ils une pension après seulement 312 jours ? Et en plus, ces étrangers bénéficient ipso facto du tarif social pour l'électricité, le gaz et le téléphone; le tout payé avec vos impôts.

L'on pourrait citer d'autres discriminations anti-Belges imputables aux partis traditionnels. Le VLC considère qu'il est inadmissible que les pensionnés belges soient laissés pour compte. Par conséquent, le VLC prône l'instauration du bouclier social (voir onglet "BOUCLIER SOCIAL") afin que les pensionnés belges ou européens soient garantis d'obtenir au moins les avantages offerts aux immigrés. 

En outre, le VLC propose que tout retraité Belge obtienne une pension de 1.250 € par mois, au minimum, et que les étrangers non-européens soient exclus de la GRAPA à moins de satisfaire aux mêmes conditions que ce qui est exigé des Belges. Quant l'autorité publique d'un État privilégie l'étranger, au détriment de ses ressortissants, c'est de la haute trahison.

Le VLC exige que cette injustice cesse.

 

 PROPOSITIONS DU VLC

  • Instaurer le bouclier social pour augmenter vos droits à la solidarité (logement, aide sociale).

  • Assurer à chacun une pension d'au moins 1250 Euros par mois.

  • Refuser le payement de la dette publique 

 

 

 

VALEURS LIBÉRALES CITOYENNES

+32 (0) 472 57 06 55