Imprimer

DÉMOCRATISONS                         L'UNION EUROPÉENNE

 

L'Europe, une belle idée, mais hélas largement dévoyée.

À l'heure où de grands ensembles se constituent et où de nouveaux géants émergent, la Chine, le Brésil et l'Inde, diviser l'Europe serait suicidaire. Mais qui pousse au suicide ? Ceux qui détournent le projet européen de sa finalité citoyenne de même que ceux qui se déchargent de leurs responsabilités nationales en disant pis que pendre de l'Europe. Si la décrédibilisation de la parole politique s'est généralisée, c'est dans le cadre de l'Union européenne que le délitement des valeurs laisse apparaître le pire. En de telles circonstances, pas étonnant que les Européens s'y retrouvent de moins en moins.

De même, le passage à l'€uro, un atout a priori pour l'Europe, a été instauré en masquant l'inflation. Les Européens ont constaté les hausses de prix concomitantes, et souvent les attribuent à l'€uro. Le retour aux monnaies nationales induirait une inflation pire encore. Bref, les Européens ont été piégés au profit de grandes entreprises et de milieux financiers de même que des politiques qui gravitent autour d'eux, plus soucieux d'établir un marché unique que de quoi que ce soit d'autres. C'est l'œuvre des partis traditionnels. Ceux-là mêmes manœuvrent pour un élargissement à tout-va, et ont entamé la constitution analogue d'un marché transatlantique avec les États-Unis.

La Grèce est notoirement sous perfusion, mais ce pays n'est pas le seul moribond de l'Union européenne. Les autres États, pour la plupart, peinent à réduire la charge de leurs dettes respectives. Et ils sont placés en cela face à un dilemme, car l'austérité appauvrit davantage les populations. Autrement dit, soit leurs budgets nationaux exploseront par la dette; soit ils imploseront par l'assèchement des recettes fiscales, car les populations s'appauvrissent. D'une façon ou d'une autre, n'avoir vu dans le citoyen qu'un pion sur l'échiquier a conduit à l'impasse.

Aujourd'hui, les mêmes nous vantent les mérites de l'Union européenne en évoquant le maintien de la paix, et autres idées certes sympathiques, mais si loin de la réalité actuelle du citoyen. Propagande grossière et maladroite. En quoi l'Européen pourrait-il se reconnaître maintenant dans cette Union européenne où l'on prétend que les Turcs seraient ses semblables, où on l'assure que le dumping social serait une avancée, et où des dirigeants non-élus seraient légitimes ? Ces apparatchiks sont les fossoyeurs de l'Union européenne.

Le VLC considère qu'il faut une Europe sociale, c-à-d. une Union européenne où le citoyen est le centre des préoccupations, et non tel ou tel État, voire tel ou tel lobby financier ou mercantile. En démocratie, le Peuple n'est pas un détail. Le VLC entend le souligner avec détermination.

 PROPOSITIONS DU VLC

  • Répression systématique du dumping social.

  • Renforcement des pouvoirs du Parlement européen face à la Commission européenne.

 

 

 

VALEURS LIBÉRALES CITOYENNES

+32 (0) 472 57 06 55