Imprimer

 

MORTS POUR LA FRANCE, MORTS POUR... LES EUROPÉENS

 

Le VLC rend hommage à ceux qui ont été assassinés lors du massacre de CHARLIE HEBDO, tombés sous les balles du fascisme vert. Le VLC souligne qu'à nouveau des policiers ont payé de leur vie leur action de protection. C'est chaque jour que des policiers agissent en ce sens.

Le VLC rend aussi hommage à la centaine de milliers de citoyens qui ont spontanément manifesté en rue leur indignation, en France. Des rassemblements de grande ampleur s'observent en Allemagne, avec constance depuis plusieurs mois, maintenant en France, tandis qu'en d'autres pays européens, du nord au sud, la contestation citoyenne s'élève de plus en plus. Partout, l'islamisation est en cause.

 

CHARB, WOLINSKI, TIGNOUS, CABU et, outre ces courageux caricaturistes, l'économiste MARIS, ainsi que les anonymes. Ils sont douze au total. En cas de guerre assumée, tous auraient eu droit à l'épitaphe "Mort pour la France". Or, nous sommes de facto en guerre quoique l'autorité publique ne l'assume pas. Elle s'en tient à une propagande officielle qui n'évoque chaque fois que de simples incidents isolés attribués à de prétendus déséquilibrés ou à des "islamistes" qui n'auraient rien à voir avec un hypothétique "vrai islam". Il est assez singulier que le microcosme politique traditionnel s'érige en autorité religieuse affirmant ce que serait vraiment l'islam. Oui, nous sommes en guerre. Ces douze Français sont donc morts pour la France, et même pour l'Europe, plus exactement pour les Européens. Les citoyens de toute l'Europe sont concernés par la liberté d'expression entravée au nom de l'islam et de l'humanisme de collaboration qui gangrène les partis traditionnels.

Dans toute l'Europe se multiplient les agressions commises au nom de l'islam et la solidarité belliqueuse est nettement marquée. Ceux qui reviennent de Syrie, d'Irak ou de divers lieux où le fascisme vert nourrit la guerre, proviennent entre autres de communautés musulmanes établies en Europe dont ne ressort pas de réprobation collective à cet égard. Qui plus est, lorsqu'une autorité islamique doit se prononcer, c'est du bout des lèvres et jamais de sa propre initiative. En outre, les réactions qui émanent de leurs coreligionnaires, notamment sur les réseaux sociaux, sont plus souvent de l'ordre des réjouissances que de la réprobation. Ce sont là des faits concordants et significatifs.

À la clef, c'est la liberté des journalistes qui est remise en question. Relevons ici l'action néfaste du politiquement correct au nom duquel l'on nous prétend que la liberté d'expression devrait être limitée par le sens de la responsabilité. Cela se traduit in concreto par ceci: il faut censurer ce qui déplaît aux musulmans. En réalité, c'est de cela qu'il s'agit. Ces caricaturistes s'en prenaient allègrement au christianisme, souvent odieusement, sans que cela n'indigne les censeurs du politiquement correct. Dans leur ensemble, les chrétiens toléraient cette liberté, et il n'y a pas eu de colère comparable à la rage musulmane. Tout citoyen, musulman y compris, doit respecter cette liberté fondamentale qui ne souffre aucune limite ; n'en déplaise à ces fascistes verts et à leurs collaborateurs en censure. C'est ça, la démocratie.

En France, autorité publique et partis traditionnels expriment en chœur leur volonté d'agir "dans l'unité nationale"; c-à-d. de concert avec les musulmans comme si l'on pouvait dissocier le terrorisme de l'idéologie qu'ils partagent avec les terroristes, et oublier les mosquées qui abritent des caches d'armes ou d'où partent des appels à la haine. Au-delà de différences sectaires, leur modèle est commun: Mahomet, personnage belliqueux indéniablement. S'il y a lieu de ne pas préjuger de quiconque selon son origine, il est permis de poser la question de l'implication d'une adhésion délibérée à une religion ainsi partagée, a fortiori au regard de la récurrence des violences constatées. L'Europe se situe dans la partie du monde où il faut porter la guerre, le "dar el harb", et l'on observe qu'en effet, l'intransigeance des revendications tendant à l'islamisation en Europe s'exprime d'autant plus radicalement que le communautarisme musulman se développe. En de telles circonstances, l'invocation de l'unité nationale révèle la compromission du microcosme politique traditionnel au détriment du citoyen.

Le cadet des terroristes musulmans a estimé plus prudent de se rendre cette nuit plutôt qu'avoir à essuyer le feu des Forces de l'Ordre. C'était tellement plus facile de tirer sur des Français démunis d'armes. Quant aux deux autres terroristes musulmans, souhaitons qu'ls commettent l'erreur fatale de s'opposer à leur arrestation en manière telle que leur attitude justifie alors qu'ils soient abattus sur-le-champ; le Peuple ne se portera que mieux de les savoir outre-tombe, et les Forces de l'Ordre auront droit plus que jamais à la gratitude citoyenne. Le VLC rappelle que les libertés doivent être défendues, sans quoi c'est la démocratie qui se perdra.

Philippe CHANSAY WILMOTTE, Président du VLC VALEURS LIBÉRALES CITOYENNES

 

VALEURS LIBÉRALES CITOYENNES

+32 (0) 472 57 06 55